Tout savoir sur la période d’essai dans un contrat de travail

L’homme a besoin d’un travail pour son épanouissement et son autonomie financière. Cependant, une fois recruté, vous devez vous soumettre à une période d’essai. C’est une phase pendant laquelle l’entreprise recruteur détermine si l’agent de par son expérience et ses diplômes réponds à ses exigences et au recru de juger de la faisabilité de l’emploi. Lisez cet article pour tout découvrir sur la période d’essai.

La période d’essai est-elle obligatoire ?

La période d’essai n’est pas une décision prise à la légère. Elle est stipulée clairement dans la lettre d’engagement de l’entreprise ou dans le contrat de travail et n’est pas obligatoire. Lorsqu’une entreprise décide d’y faire recours, elle doit alors définir une durée normalisée et ce, en fonction du code de travail, avec application de certaines règles particulières selon le cas. A l’opposé de ce que pensent les recrus, elle n’est donc pas indispensable et peut être rompue librement à condition que le futur employé sois prévenu quelques jours à l’avance selon un délai qui est fixée dans le code de travail.

D’autre part, il convient de rappeler que si l’entreprise décide un renouvellement de cette période d’essai , ceci doit être aussi mentionné dans les documents légaux de cette dernière.

Une période d’essai dure combien de temps ?

Si l’on se rapporte au code de travail et à l’article L.1221-19, s’il s’agit d’un contrat de travail à durée indéterminé, les durées peuvent varier en fonction du statut du travailleur. Pour les ouvriers et les employés, elle est de deux mois. Lorsque nous nous penchons vers les techniciens et les agents, la période d’essai dure trois mois et pour les fonctionnaires elle équivaut à quatre mois. Dans les trois cas, la période d’essai est susceptible d’être renouvelé une seule fois rigoureusement. Dans la lettre d’engagement la durée de la période d’essai doit être bien bornée en termes de début et fin et prend en compte aussi bien les week-ends et les jours fériés.

Toujours selon ce même article et celui de L.1221-24, l’entreprise doit avertir le travailleur de la fin de la période d’essai dans un délai qui ne doit excéder 24h en deçà de 8 jours de présence, 48h entre 8 jours et 1 mois de présence, 2 semaines après 1 mois de présence et 1 mois après 3 mois. L’employé aussi peut rompre sa période d’essai mais après avoir prévenu son employeur au moins 8 jours à l’avance.

La période d’essai est-elle rémunérée ?

En effet, si votre période d’essai est rémunéré ou gratuite, c’est énoncé clairement dans votre contrat de travail ou la lettre d’engagement. L’entreprise peut ainsi décider de vous verser une allocation de transport ou un autre type d’allocation pour vous motiver.

Mais dans le cas du non-respect de délai de prévenance de l’entreprise, selon le code de travail, il doit verser une indemnité compensatrice au salarié à moins que ce dernier n’ait commis une faute lourde. Cette indemnité se rapporte souvent au salaire et aux divers avantages que l’employé aurait perçu à la fin du délai de prévenance.

Comment réussir votre période d’essai ?

Pour avoir une chance d’être engagé après votre période d’essai, vous devez adopter certains comportements qui prouverons votre professionnalise à l’entreprise recruteur. Il suffit de redéfinir vos missions et objectifs et d’être force de proposition.

 

Posts created 163

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut