Le SMIC en 2019

Vous avez l’habitude d’entendre parler du SMIC sans pour autant connaître son origine et son évolution dans le temps ! cet article se chargera de vous éclairer le mieux possible.

Historique du SMIC

Anciennement connu sous la dénomination du SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti), le SMIC est le montant salarial en dessous duquel on peut payer un employé. Le sigle SMIC se définit comme le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance. Chaque année à la date du 1er Janvier, le SMIC est réévalué pour augmenter de moitié le pouvoir d’achat de la base ouvrière en suivant le niveau du coût de vie. Alors que la revalorisation du SMIG se fait en suivant l’inflation.

Créer en 1930 lors de la Grande Dépression due à un manque accru de la demande sur le marché, le SMIC a été appliqué pour accroître la demande. Instaurer le 2 Janvier 1970 par application du décret du premier ministre Jacques Chaban-Delmas de la loi du 11 février 1950, le SMIG a permis la réouverture des négociations après une douzaine d’années de stabilité salariale. Cela a aussi permis d’enclencher la lutte contre la pauvreté par la remise en route de la consommation. Cette légère augmentation fut salutaire jusque dans les années 50 (de 1950 à 1958) où la monnaie française connut plusieurs dévaluations ce qui entraîna la création d’un nouveau franc français. Ainsi, en 1960, le SMIG était de 220 francs nouveaux ce qui équivalait à plus de 22 000 francs anciens. Le SMIG se retrouve augmenté jusqu’à 600 francs le mois par les accords de Grenelle et dépasse 3 000 francs lors des deux incidents pétroliers en 1981.

De l’an 1997 à celui de 2005, le SMIC a été revalorisé à maintes reprises ce qui engendra un accroissement plus rapide que celui des salaires. On assiste alors à la hausse du SMIC de 10 % de 1987 à 1996 et supérieure à 16 % dans les années 2000 (2005 plus précisément). Au cours du siècle en cours, la réévaluation du SMIC poussa le gouvernement à la baisse des cotisations sur les salaires et la réduction des heures de travail (39 heures à 35 heures). Ce qui a eu le mérite de créer plus d’emplois mais avec une paie au SMIC qu’on surnomme «Trappe à bas salaire». Vu que chaque pays appliquait son SMIC, la loi Fillon sur la RTT a préconisé une unification dans la revalorisation du SMIC ce qui entraîna une augmentation médiane de 5,5% de 2003 à 2005. En somme, à la fin de l’année 2018, le salaire brut est estimé à 18 941 euros l’an, les cotisations du salarié sont à 3 762,48 euros, et les charges patronales sont de 959,4 euros. Toujours est-il qu’en France, la classe ouvrière se retrouve en difficulté de vie par rapport à leur revenu salarial. Alors, elle attend une réaction du gouvernement français à leur égard.

Action gouvernementale sur le SMIC pour 2019

Actuellement en France, un grand mouvement de la classe ouvrière démontre au gouvernement de la gravité de la situation instable qui se pose au niveau du pouvoir d’achat. Après une étude le premier ministre français a communiqué que le SMIC serait revalorisé à hauteur de 3 %. Cette hausse devrait sensiblement accroître la force d’achat des personnes intéressées. Même si cela peut être satisfaisant, il se pourrait que rien ne soit fait pour que la hausse soit réaliste. Quand on fait une analyse de la situation, la stratégie du premier ministre français ne révèle rien de nouveau puisque que chaque année une revalorisation de 1,8 % est légitimement faite. Cela limite l’impact sur le salaire net de l’ouvrier. Il reste alors 1,2 % pour atteindre la barre annoncée. Le reste du taux tient acte de l’accroissement de la prime d’activité. Ainsi, on peut en conclure que cette manœuvre ne pourra pas combler l’espoir de la classe ouvrière. Il en ressort alors que le plan de retraite est mis en danger par une suppression des gains occasionnés par la CSG.

Posts created 51

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut