Comment savoir si on est en manque de nicotine ?

Le fait de consommer de la cigarette ou encore d’autres solutions contenant de la nicotine entraine une certaine dépendance. Une fois ingurgitée, la nicotine se fait encore plus désirer. Toutefois, il existe des moyens de sevrage, bien que ce soit l’une des étapes les plus dures dans le processus de cessation. Découvrez à travers ce contenu, comment reconnaitre un manque de nicotine en soi.

Reconnaitre le manque de nicotine en soi

Force est constater que bon nombre de fumeux ont du mal à se défaite de leur habitude de consommation vis-à-vis de la nicotine. Cela se manifeste principalement par le manque de ce même produit chimique dans leur organisme. Tout comme cet article sur Jérémie Renier, qui donne plus d’information cette décision d’arrêter se remarque aussi bien physiquement que psychologiquement. Ainsi, les manifestations se présentent comme suit :

L’effet du manque de nicotine : le besoin de fumer

C’est le syndrome de carence le plus difficile à vaincre. En effet, lorsqu’un fumeur arrête la cigarette sans substitut nicotinique ni alternative au tabac, le besoin de fumer se fait impérieux. Dans ce cas, on parle de craving. Cela se manifeste par un effet qui se traduit à de l’obsession. Néanmoins, l’effet s’absente peu à peu jusqu’à disparaitre au fil du traitement de sevrage.

Les symptômes psychologiques du manque de nicotine

Le manque de nicotine dans l’organisme de son consommateur se manifeste à la fois, par : irritabilité, nervosité et la déprime. IL est clair que le fait de cesser de fumer irrite les fumeurs avec un stress de privation. Sur le plan psychologique, cela engrange des répercutions, telles la déprime et une grande nervosité. Il faut noter que cette dépendance nicotine aussi physique que psychologique qu’elle soit, rend les choses beaucoup plus difficiles.

La fatigue, l’insomnie, la faim et la toux

Etant donné que la nicotine représente un stimulant, sa cessation provoque une fatigue aigue. Le fait d’arrêter le tabac peut susciter de l’insomnie.

Le sevrage suscite des envies de manger et de grignoter plus souvent. Ce qui provoque parfois la perte de poids chez certains anciens fumeurs.

Il n’est pas anormal de voir que le fumeur continue à tousser, bien qu’il ait arrêté de fumer. En effet, cette toux est liée à une « hypersécrétion bronchique ». Etant provoquée par le sevrage tabagique, elle se manifeste pendant quelques semaines encore avant de disparaitre.

Les solutions aux effets du manque de nicotine

Bien que tous ces effets liés au sevrage tabagique soient aussi durs que normaux, ils finissent par disparaitre. Ainsi, il est recommandé de tenir jusqu’à la fin de l’objectif, quoique le processus soit difficile. Dans le même temps, il est conseillé d’opter pour la vape avec une cigarette électronique. Vous pourrez également y ajouter de l’e-liquide. En réalité, l’e-liquide aux sels de nicotine renferme sensation de manque. Ainsi, le pourcentage de nicotine absorbé n’ayant pas changé, vous ne sentiriez plus le symptôme de sevrage. Vous n’aurez qu’à diminuer peu à peu la marge de nicotine dans votre e-liquide. Et ce jusqu’au moment où vous en arrêtez l’absorption.

Posts created 412

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut