Accueil Journal Europa | Rubriques | Culture

//Culture

344 articles
Chroniques Allemagne | $node.data_map.image_news.content Le Français qui tourna l'Apache

Lecteur, connais-tu Pierre Brice ? « Natürlich », répondrait n'importe quel germanophile. Pierre Brice, c'est l'acteur français qui incarne Winnetou, le chef apache. Avec son ami l'aventurier allemand Old Shatterhand, il est le héros d'une dizaine de films d'aventure des années 1960. Adaptation des romans du prolifique auteur Karl May (bien plus vendu que Goethe !), les films ont fait fureur outre-Rhin. De nombreux petits Allemands sont devenus frères de sang en imitant leurs héros...

Adulé par les Allemands pour son rôle de Winnetou, Pierre Brice n'a jamais vu sa carrière décoller dans son propre pays. Celle du chef apache en revanche se prolonge dans les multiples festivals Karl May, particulièrement celui de Bad Segeberg, où un spectacle grandeur nature se déroule chaque année depuis 1952.


10.10.2012  |  Pauline Durillon
Chroniques Danemark | $node.data_map.image_news.content Programme Rasmus

Si le nom Petzi n'évoque plus grand'chose aux oreilles portugaises, françaises ou italiennes, son nom original Rasmus Klump éveille toujours un sourire nostalgique sur les visages danois.

Cet ourson en salopette rouge à pois blancs est né dans les années 1950 de l'imagination de Carla et Vilhelm Hansen. Dans des bandes dessinées dont les dialogues n'apparaissaient pas dans des phylactères mais sous les cases, il parcourt le monde avec Pingo le manchot, Riki (Pelle en danois) le pélican au bec regorgeant de richesses, et le phoque l'Amiral ou Skæg (barbe en danois), ne s'arrêtant que pour engloutir des crêpes (pandekager) par piles vertigineuses.

Le succès international de ses aventures s'est éteint, mais Rasmus Klump a accompagné toutes les générations d'enfants danois, inspirant à des restaurateurs l'idée d'ouvrir des crêperies (pandekagehus) dans tout le pays.


10.10.2012  |  Rémi Donaint
Chroniques Espagne | $node.data_map.image_news.content Un petit héros quotidien

Il y a des livres à lire avant de grandir, et Manolito Gafotas est, sans doute, l'un des plus drôles. Les aventures de ce préadolescent de 8 ans, potelé et binoclard, qui vit avec sa famille dans le quartier ouvrier de Carabanchel Alto, à Madrid, ont captivé plusieurs générations de jeunes espagnols. A tel point qu’il est devenu une lecture presque obligatoire dans les écoles.

Manolito surgit de l'imagination de la journaliste Elvira Lindo. Au début, c'était un personnage joué par elle-même à la radio nationale d'Espagne dans les années 1980. Finalement, en 1994, le premier livre de Manolito Gafotas apparait et, dès lors, sept livres ont été publiés et traduits dans plusieurs langues.

Quelle est la clé de son succès ? En réalité, ce Petit Nicolas madrilène est un enfant ordinaire. C'est-à-dire, il explique sa vie quotidienne avec le langage et le point de vue d’un enfant. Il ressemble à n'importe quel petit garçon : il taquine régulièrement son frère (qu'il appelle "l’Imbécile"), il fait des bêtises avec ses amis, il reçoit des taloches de sa mère et il adore les saucisses au ketchup.
Je suis de la première génération qui a grandi avec Manolito Gafotas, mais sûrement pas la dernière. Manolito est devenu, de plein droit, notre petit héros quotidien.


10.10.2012  |  Víctor Yustres Santiago
Chroniques Grèce | $node.data_map.image_news.content Symbolite grecque

Psi : La vingt-troisième lettre de l'alphabet grec n'est pas de ces basiques pillées aux Phéniciens. Il fallait bien l'inquiétant trident de Poséidon pour annoncer les souffrances de l'étudiant-e en prépa Physique-Science de l'Ingénieur, qui pourrait plancher sur des fonctions d'onde en mécanique quantique ou digamma en maths. Sous la pression de livres par pouce carré, attendant le moment de pouvoir enfin chater librement avec des chiens tchèques, des papillons nocturnes, ou bien avec son psy : qu'il soit chologue, chiatre, chanalyste, ou chopathe, il saura s'adresser à son âme, sa psyché.

A propos de miroir, qu'en pense son philosophe cousin phi ?


10.10.2012  |  Rémi Donaint

//Rubriques