Accueil Journal Europa | Formats | Dossiers | WEB OFF | Web Off: la conf

France  | 

Web Off : la conférence en vidéos

affiche sortie # 32

Tous droits reservéAndy Potts
Articles | Publié le 11.09.2012 Pour le lancement du Journal Europa #32 Web off, consacré à l'Internet libre, les associations EUROPA et PiNG ont organisé la conférence : " Neutralité du net : pistes pour un Internet libre et alternatif ", mercredi 22 février, au pôle associatif du Breil à Nantes. Plus de 60 personnes sont venues assister aux échanges. Si vous n’étiez pas présents, voici le film de la conférence.

Cette table-ronde a permis aux intervenants ainsi qu'au public d'échanger autour de sujets d'actualité liés à l'Internet libre (ACTA, neutralité du net, mouvement des Anonymous, hacktivisme, rôle d'Internet dans les mouvements révolutionnaires) tout en formulant des propositions de contournement de l'Internet dit "hégémonique" par des initiatives locales ou internationales. La rencontre était animée par Thomas Bernardi de l'association PiNG et Emmanuel Lemoine, rédacteur en chef du Journal Europa, en présence des intervenants suivants:

- Guillaume Champeau, journaliste, fondateur du site numerama.com
- Kheops, hacktiviste pour la liberté de l'information au sein du réseau Telecomix
- Olivier Heinry, projet Servidéo, création numérique et collective
- Baptiste Jonglez, association FAImaison, fournisseur d'accès local à Internet
- Mathieu de Breizh Entropy, hackerspace rennais

-


# Intervention de Guillaume Champeau, journaliste fondateur du site numerama.com

D'après Guillaume Champeau, le traité ACTA se serait vidé de son contenu depuis qu'il a été rendu public en 2009, suite à une fuite de Wikileaks. Cela ressemble plus actuellement à une volonté de contourner les dispositifs internationaux de l'OMPI et de l'OMC dans lesquels sont rentrés récemment des pays émergents tel que l'Inde, le Brésil et la Chine. Ces pays n'ayant pas les mêmes politiques en matière de droit d'auteur que la majorité des pays Occidentaux, ces derniers tentent de recréer une entité transnationale exempte de toute contestation. Alors que les questions de droit d'auteur n'étaient jusqu'à présent qu'une affaire de professionnels, il existe désormais une tendance à impliquer le public et les consommateurs. Alors que les communications par mail sont régies par les mêmes lois que celles pour le courrier postal, en France tout du moins, des dispositifs de filtrage et de surveillance tel que le DPI  , scannent sans vergogne les contenus des échanges entre internautes.

-


# Intervention de Kheops, hacktiviste au sein du réseau telecomix

Kheops   explique que la surveillance sur le net est de mise partout dans le monde, et que dans certains états aux régimes politiques durs, cela peut engendrer des représailles sévères pour des personnes jugées opposantes aux régimes. Selon lui, des outils très utilisés comme Facebook, MSN ou Skype, sont peu fiables et ne sécurisent pas les échanges. En Syrie par exemple, le DPI est utilisé pour découvrir les mots de passe Facebook etc ; c'est alors une question de vie ou de mort pour les opposants. Telecomix   cherche à défendre la liberté d'expression et propose des outils pour contourner la censure sur le net. Ils travaillent avec différents outils dont certains sont accessibles pour les utilisateurs lambda, tel que TOR  , SSH, VPN   etc.

-


# Intervention de Baptiste Jonglez, FaiMaison Nantes

Plus près de nous, FAImaison   tente d'élaborer un fournisseur d'accès local à Nantes avec l'accompagnement du FDN   , premier FAI associatif en France actif depuis 1992. Baptiste explique que la neutralité du net c'est également bénéficier du même débit quelque soit le contenu qui transite sur la toile. Il nous donne comme exemple le cas d'Orange qui limiterait les accès à YouTube pour favoriser le choix de DailyMotion auprès de leurs abonnés, car Orange a des parts dans DailyMotion. Le Web 2.0, n'est qu'une couche très cadrée et limitée de l'internet, une sorte de minitel amélioré dans lequel on ne peut pas faire d'échange de pair à pair, créer des wikis, communiquer sur IRC ou par visiophonie etc. Par extension, le net accessible via nos smartphones n'est donc qu'une version appauvrie d'Internet. Baptiste propose de se rendre sur le site respectmynet.eu   , pour signaler des contenus qui sont ralentis, voir carrément censurés sur le net.

-


# Intervention d’Olivier Heinry, projet Servidéo, hébergement collaboratif de contenus artistiques

Olivier Heinry présente son expérience d'un hébergeur de contenu associatif avec Servideo   . Les contenus peuvent et doivent, d'après lui, être hébergés par des réseaux de personnes se connaissant, pour faciliter le respect de la vie privée en ligne. Aujourd'hui il existe des solutions comme Glasnost   ou Lorea   pour de l'hébergement plus responsable.

-


# Intervention de Mathieu de Breizh Entropy , hackerspace rennais

Mathieu de Breizh Entropy explique que d'après lui un hacker est une personne qui aime avant tout bricoler, bidouiller. Plusieurs pistes de réflexion sont développées au sein de ce hackerspace, dont une critique du modèle économique de Google, qui serait axé sur l'exploitation des données personnelles des utilisateurs :"Nous ne sommes pas les clients de Google, mais ses produits", produits qui fournissons docilement nos temps de cerveaux disponibles pour du marketing ciblés et de fait assez bien toléré par l'ensemble des "produits". Il préconise l'utilisation de service payants à des tarifs même très modérés mais n'utilisant pas nos données, pour de l'hébergement mail associatif   par exemple: sud ouest   , toile libre, globenet, ouvaton, infini... Une solution proposée par Eben Moglen et son équipe est le réseau internet par maillage, de pair à pair avec le projet Freedom Box .

-


# Échange avec le public et débat

David Thomas, Nantes France